Afrique du sud : les Gupta jettent l’éponge, quelle prémonition ?

106

Les Gupta, des hommes d’affaires qui ont du nez, ont décidé de se débarrasser de leurs actifs en Afrique du sud, là où ils ont bâti tout leur empire financier avec les coudées un peu trop franches, pour tout dire.

Depuis le vote de défiance contre Jacob Zuma, ça branle dans le manche de l’ANC qui traverse la pire des crises de son existence. Si les responsables du parti sont mitigés, il n’en est pas ainsi dans le rang de la population de plus en plus fatiguée de jouer à la suprématie politico-ethnique dans la misère, dans le chômage massif.

Si l’ANC se porte mal, il lui reste encore du temps avant d’être déraciné, les survivances de l’apartheid ont la vie dure et l’idéologie du parti s’est toujours orientée à exacerber la fibre nationaliste pour rappeler et raviver les souvenirs des années de lutte pour l’émancipation. Dans ce domaine, les aboyeurs et leur clique et claque attitrées ont une rhétorique bien fluide pour ramollir toute érection populaire, mais ça commence à ne plus mystifier grand monde.

Prévoyant ce qui se passerait dans un avenir incertain, les Gupta prennent le devant de « confier » leurs affaires à d’autres sous forme de cession pour éviter des ennuis à venir et, éventuellement revenir quand les turbulences qu’ils ont occasionnées se calmeraient. Le montage est astucieux.

Selon ce qu’on apprend, ce sont eux qui prêteraient de l’argent à ceux qui les rachètent et ceux qui les rachètent ne sont pas des inconnus en politique en Afrique du sud, seulement qu’ils ont les mains propres, ou supposés comme tels par les Gupta.

Si les hommes d’affaires indiens sont décidés de lever la main, c’est que le climat donne des signes de changement. La chasse aux sorcières après le vote de défiance risque de produire à la longue l’effet contraire. Il y a ébullition interne au sein de l’ANC. Le clabaudage contre la corruption fait de plus en plus échos avec le chômage et la pauvreté, le pire est à craindre.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here