Alpha Condé à Kankan aux anciens dirigeants : « où est Air Guinée ? Où est le train Conakry-Kankan ? »

180

Le 59ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée a été célébré en différé ce samedi 13 janvier 2018 ans la ville de Kankan. Outre le président de la République, le professeur Alpha Condé, plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie. Il s’agit notamment des membres du gouvernement, des diplomates accrédités en Guinée, des leaders religieux et des acteurs de la société civile, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

Organisées au stade M’Balou Mady Diakité, ces festivité ont été l’occasion pour les ressortissants et amis du Nabaya de se retrouver. Peu avant l’arrivée du président Condé en compagnie de la première dame, madame Djéné Kaba, ce sont les artistes qui ont tenu en haleine les invités venus de toutes les préfectures de la région.

Dans son discours de bienvenue, Mohamed Gharé, Gouverneur de la région administrative de Kankan, a remercié le chef de l’Etat pour les « nombreuses actions » qu’il a faites en faveur du peuple de Guinée en général, et de Kankan en particulier. Satisfait des belles infrastructures construites en faveur de sa région, Mohamed Garé a dit que les populations « étaient avec vous hier, sont avec vous aujourd’hui et resteront avec vous demain ».

Le président de la République a commencé par dire que de toutes les colonies françaises d’Afrique, seule la Guinée a voté « Non » en 1958. Selon lui, c’est parce que « le peuple de Guinée s’est présenté le 28 septembre comme un seul homme. De la Basse Guinée, au Fouta, en Haute Guinée et Foret, les guinéens ont voté comme un seul homme. Il n’y avait pas de Peul, Soussou, Bagas, Guerzé…. il y avait la Guinée. C’est ça qui a permis à la Guinée d’avoir sa souveraineté et son indépendance. 60 ans après, nous sommes au regret de constater que certains fils de ce pays cherchent à nous désunir, à opposer les ethnies et les régions. Mais, lorsqu’il y a eu Ebola, quand nos pays voisins ont fermé les frontières, il y a des Peuls au Mali, il y a des Malinkés au Mali, il y a des Soussous en Guinée-Bissau. Mais, est-ce qu’un Peul guinéen, ou un Malinké guinéen ou un Soussou guinéen pouvait aller au Sénégal ? Non. C’est parce qu’il était guinéen. Alors, les guinéens doivent comprendre qu’avant d’être Peul, Malinké, Soussou, Toma, Baga ou Landouma, ils sont d’abord guinéens, c’est ça qui nous unit », a-t-il dit.

Poursuivant sa communication, Alpha Condé a dit que les présidents Ahmed Sékou Touré et Lansana Conté ont toujours souhaité le bonheur du peuple de Guinée. Mais à l’en croire, ils ont été souvent confrontés à beaucoup d’adversité. « Le président Ahmed Sékou Touré a été victime d’avoir opposé, pour dire « Non ». Et, la Guinée a été mise en quarantaine, isolée. Mais la Guinée s’en est sortie grâce à la coopération avec la Chine et l’Union Soviétique à l’époque. Mais, cela n’a pas empêché la Guinée d’avancer malgré tout. Le président Conté, qui était un militaire, pas politicien, a voulu faire ce qu’il pouvait, puis son adversité a été brutale. Ses cadres ont préféré piller ce pays à leur profil plutôt que de faire avancer ce pays. Voilà l’adversité auquel le président Conté a été confronté. Il suffit seulement de quelques exemples pour illustrer. Après l’Ethiopie, la Guinée a été le premier pays au Sud du Sahara à avoir une compagnie aérienne avec des commandants de bord Guinéens, Air Guinée. Où est Air Guinée aujourd’hui ? Air Guinée a disparu. Ce n’est pas un fait de Dieu, mais des cadres qui ont bazardé la compagnie. La coopération française nous a construit un chemin de fer Conakry-Kankan. Aujourd’hui, le train Abidjan-Ouagadougou marche, le train Dakar-Bamako marche. Où est passé le train Conakry-Kankan ? »

Sur le plan de l’énergie, Alpha Condé a dit que de 1958 à 2010, la Guinée n’a pas pu construire plus de 100 mégawatts de barrage hydroélectrique alors qu’on a une capacité de construire 6 000 mégawatts. « En cinq (5) ans, nous avons fait plus du double que la Guinée n’a pas fait pendant 100 ans. Le barrage de Kaleta fait 240 mégawatts, c’est-à-dire plus du double de ce qu’on a fait depuis 100 ans. Notre deuxième mandat avant 2020, Souapiti sera terminé, Foumi sera lancé, Koukou Tamba sera lancé et le dernier barrage, Amaria sera lancé », a promis le numéro un guinéen.

De Kankan, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

 

Source : guineematin.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here