Champion’s League européenne : le grippage du PSG

274

L’attente et la fièvre des supporters du PSG, qui ont vendu la peau du Real avant de le vaincre, ont fait monter le bourrichon aux joueurs mais en même temps et surtout ont mis une pression considérable sur les joueurs, singulièrement sur le trio Cavani-M’bappé-Di Maria, eux qui avaient pour leitmotiv silencieux de se montrer solidaires et former un bloc pour montrer qu’ils peuvent quelque chose sans Neymar.

Il faut dire que quand un joueur coûte plus cher, ou quand un joueur bénéficie plus d’attention des dirigeants, quand il est plus adulé par le public, quand il reçoit plus d’acclamations que ses coéquipiers, il y a une frustration qui se crée dans la tête des autres. C’est dans ces circonstances que les clivages se créent au sein des équipes.

C’est l’occasion de le dire aux dirigeants, à la FEGUIFOOT et surtout aux journaleux sportifs, eux qui sont prompts à l’encensement par intérêt. Paul Put devra commencer par mettre à plat la sélection et éviter les passe-droits et exemptions en faveur des uns et des autres. Les joueurs guinéens sont très enclins à ce jeu pour se faire valoir davantage et aussi à en remontrer à leurs coéquipiers.

Donc, quand un joueur coûte trop cher par rapport à d’autres, il y aura une ligue contre lui, et si ce joueur veut montrer sa supériorité de façon ostentatoire, comme le fait Neymar, les autres voudront tout faire pour montrer que sans lui ils pourront faire comme ou mieux.

Dans cette logique, ils peuvent s’être mis la pression et la corde au cou. L’excès de concentration dans l’optique de bien faire peut conduire à mal faire et généralement, dans une telle situation d’auto-motivation à l’excès, l’on dort très mal.

On ne dit pas que c’est le cas des attaquants du PSG, mais en les voyant moins fringants et tétanisés devant l’adversaire, en dépit des feintes et dribles des débuts de la rencontre et la baisse de la fougue au fur et à mesure des minutes, on peut conclure que la tension intérieure en chacun des Di Maria, M’Bappé et Cavani s’est dégonflée.

La sortie de Lassana Diarra pour M’Bappé confirme qu’il y a eu panique à tous les niveaux. On croyait que Lassana Diarra ne rentrait pour conserver un acquis, mais le faire entrer en jeu quand il y a la Remontada à faire, il fallait être à la place du staff technique du PSG en débandade pour le faire.

Par ailleurs, cette déconfiture a-t-elle affecté Neymar avec sa jambe à la traine ? Pour ceux qui en savent quelque chose de l’égoïsme, le péché le plus intime en l’humain, la conclusion est à leur portée.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here