Éliminatoires mondial 2018 : Syli national, c’est la crise !

61

À la veille de la réception de la Libye à Conakry en août dernier, les fans du Syli national et les profanes du football avaient sorti leurs calculettes pour faire l’addition des victoires qui qualifieraient la Guinée au mondial 2018 en Russie. Un rêve. En lieu et place d’une qualification, le Syli national se retrouve plongé dans une crise sans précédent après une déroute à Monastir contre la Libye et un camouflet à Conakry face à la Tunisie. Au terme de cinq journées qualificatives à la Coupe du Monde 2018, la Guinée totalise une victoire et quatre cuisantes défaites pour 11 buts encaissés et 5 buts marqués. No comment !

Même si dès au départ, le ministère des Sports et la Fédération Guinéenne de Football n’avaient pas exigé du sélectionneur national une qualification à la Coupe du Monde 2018, aujourd’hui ils doivent se rendre à l’évidence que le Syli national est dans un trou noir. Perdre 4 matches sur 5 dont deux à domicile, un revers, une bérézina pour le ministère des Sports, la Fédération Guinéenne de Football, le sélectionneur national, son staff et ses joueurs dont l’état d’esprit est loin de ce qu’on peut attendre d’un footballeur professionnel.

Au début de ces éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, la Guinée n’affichait aucune ambition claire. Engagé comme sélectionneur national après le départ du Français Luis Fernandez, Lappé Bangoura était chargé de nettoyer la pagaille et de remettre sur pied une équipe compétitive. Coupe du Monde ou pas, aucune menace n’allait peser sur lui. Cependant, après six matches officiels en charge, sans compter les rencontres amicales (Egypte, Gabon et Cameroun), l’on s’interroge aujourd’hui sur le projet de jeu du sélectionneur national, surtout sur les trois derniers matches, la Libye à domicile et à Monastir et la Tunisie à domicile.

Toutefois, il ne serait pas juste de tout mettre sur le dos du sélectionneur national qui était même privé de préparateur physique et du kiné pour le match contre la Tunisie. Il n’est un secret pour personne que l’ancien coach du Horoya AC est le meilleur technicien local sans pour autant être le candidat idéal au poste de sélectionneur national. Au moment de remplacer Luis Fernandez à la tête du Syli national au temps du Comité de Normalisation, l’État guinéen a été très clair : 15.000 euros mensuel, c’est tout ce qu’il peut mettre à disposition pour un sélectionneur national. Sur la liste des candidats qui contenait  notamment Gernot Rohr qualifié depuis ce weekend avec le Nigéria pour la coupe du Monde 2018, Lappé Bangoura était le technicien le moins coûteux. Cet argument financier a suffi pour le propulser au poste de sélectionneur national. Pourtant, l’entraineur local guinéen intelligent, doté d’une certaine compétence, aurait pu être un excellent adjoint sur une durée de deux ans maximum avant de devenir le premier responsable du Syli national. Au lieu de le ménager, de faciliter sa formation et son intégration progressive, il a été jeté en pâture avec toutes les conséquences.

Aujourd’hui, l’échec est là après 4 défaites sur un mini championnat de 6 matches. Qu’on l’accepte ou pas, le mot n’est pas assez lourd, le Syli national est actuellement en crise en dépit des bons signes apparus à Bouaké contre la Côte d’Ivoire en match éliminatoire de la CAN 2019. C’est le moment de tirer les leçons et de repartir sur de nouvelles bases afin d’éluder une nouvelle déconvenue. Après avoir raté la CAN 2017 au Gabon et la Coupe du Monde 2018 en Russie, la Guinée ne devrait pas se permettre de manquer la CAN 2019 au Cameroun ou ailleurs.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here