Escroquerie et surfacturation : le DRS de Labé défend les hôpitaux face aux malades… « Où est le reçu ? »

116

Le directeur régional de la santé (DRS) de Labé, Dr. Elhadj Mamadou Houdy Bah est monté au créneau hier, samedi 05 août 2017, contre la démarche de nombreux citoyens qui dénoncent régulièrement sur les antennes des radios locales des cas d’escroquerie et de surfacturation dont ils sont souvent victimes dans certains centre hospitalier de la région, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Au cours de cette sortie médiatique sur GPP FM Foutah, le directeur régional de la santé (DRS) de Labé, Dr. Elhadj Mamadou Houdy Bah a tenté de défendre les hôpitaux face aux pauvres malades, en expliquant que les patients doivent d’abord saisir les autorités compétentes et suivre la procédure avant d’aller dénoncer dans les médias.

« Nous avons toujours écouté sur les antennes des différentes radios locales des gens qui se plaignent pour dire que tel m’a réclamé de l’argent par-ci, par-là. Je me suis dis que certainement que les gens n’ont pas l’information. Au niveau des structures de santé ou de toute autre structure administrative, il y a l’administration, il y a les gestionnaires, il y a les personnes responsables. Si je prends, par exemple, la maternité de Labé, vous avez la surveillante de la maternité, vous avez la sage femme maîtresse, vous avez le médecin chef, avant d’arriver à la Direction de l’Hôpital où vous avez le directeur de l’hôpital et vous avez le district sanitaire qui est géré par le directeur préfectoral de la santé. Et, au-delà, maintenant, au niveau régional, vous avez le directeur régional de la Santé. Si quelqu’un a un problème, il est victime de quelque chose, d’arnaque et autres, s’il veut être rétabli dans ses droits, il doit passer par cette voie avant d’aller informer la radio. C’est vrai, quand il passe par la radio, tout le monde est informé. Mais, ce qu’il ne sera pas rétabli dans ses droits. Sans oublier qu’il y a même la justice. La justice est là pour çà seulement, quelque soit le conflit qui existe entre toi et un citoyen, si tu as des preuves, tu vas devant la justice, tu seras rétabli dans tes droits », a prévenu le directeur régional de la santé de Labé.

Et, le directeur régional de la santé de Labé d’ajouter : « malheureusement, s’il n’a pas de preuves qui montrent qu’il a donné de l’argent à quelqu’un,… Cette preuve-là c’est quoi ? C’est un reçu. Quand dans une structure administrative quelqu’un vous demande de l’argent, vous devez avoir votre reçu. Et, tu gardes ton reçu. Si tu veux faire des réclamations, tu reviens avec ton reçu. Mais, certainement, il faut qu’on continue à sensibiliser et à motiver. Quand vous venez dans une structure de santé, vous avez là des stagiaires, vous avez des bénévoles, vous avez tout le monde qui vient parce que ce sont des structures de l’Etat. Mais, quand quelqu’un vous réclame de l’argent parce que l’intéressé est seulement en blouse, il ne vous donne pas de documents, ce que vous avez jeté votre argent par la porte. On demande maintenant que chacun accepte de passer par cette voie, au-lieu d’aller parler à la radio. Si vous parlez seulement à la radio, vous ne venez pas vous plaindre au niveau du gestionnaire, ce qu’on n’est pas entrain d’aider l’administration à lutter contre les réclamations au niveau des structures de santé » (sic).

Ainsi, le directeur régional de la santé (DRS) de Labé, Dr Elhadj Mamadou Houdy Bah essaie de défendre son personnel devant l’opinion ; mais, il reste convaincu que les agents de santé indélicats sont tellement dotés d’intelligence maléfique qu’ils ne vont jamais se faire avoir dans le schéma qu’il préconise.

Le personnel de santé visé par les dénonciations sur les antennes des radios locales ne va jamais réclamer de l’argent à des intellectuels comme des journalistes et autres fonctionnaires. Ce sont plutôt les citoyens indigents non scolarisés qui constituent le plus souvent la cible privilégiée des agents sans foi, ni loi qui ternissent à longueur de journée l’image du corps médical guinéen.

Bref, c’est irréaliste, dans ce contexte guinéen où le taux d’analphabétisme est très élevé, que le directeur régional de la santé de Labé cherche à se barricader derrière la présentation de reçus comme seule preuve irréfutable à brandir pour montrer qu’effectivement un agent de santé a réclamé de l’argent pour un service officiellement gratuit.

Il est plutôt indiqué que les autorités sanitaires de la région et du pays renforcent et améliorent leur système de contrôle interne pour limiter (à moins de pouvoir enrayer) ce fléau de manque de conscience professionnelle. Pourquoi exige-t-on de jurer sur le sermon d’Hippocrate ?

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

 

Source : guineematin.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here