Flambée de diarrhée et de vomissement à Lélouma : sorties contradictoires des officiels sur le nombre de cas enregistrés

316

Il est clairement admis aujourd’hui que les autorités locales et les techniciens de la santé ont des versions contradictoires sur le nombre réel de cas de diarrhée et de vomissement enregistrés entre le samedi 24 juin et le lundi 26 juin 2017, à l’hôpital préfectoral de Lélouma.

En donnant l’alerte, dans la soirée du dimanche, 25 juin 2017, le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Lélouma avait rapporté le chiffre 87 comme nombre de cas enregistrés, conformément à des données recueillies le même jour aux alentours de 18 heures.

Cependant, sa dépêche avait suscité beaucoup de réactions violentes de la part des autorités locales. Il s’est retrouvé même dans le violon de la gendarmerie préfectorale où il a passé plus de 24 heures privé de liberté et de nourriture tellement qu’on lui en voulait à tort.

Peu avant son arrestation illégale, c’est un communiqué de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS) qui est tombé dans la rédaction centrale de Guineematin.com dans la matinée du mardi, 27 juin 2017 : « après la rumeur de cas d’épidémie de choléra dans la préfecture de Lélouma, le médecin régional contre la maladie (MCM) de Labé vient de livrer les premiers résultats de l’investigation sur ce qui constitue plutôt une flambée de diarrhée et de vomissements enregistrés au courant de la journée du dimanche, 25 juin 2017. Il s’agit, comme l’a souligné le Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) qui est chargée d’assurer la veille sanitaire en République de Guinée, du « rapport de l’équipe d’investigation sur ces cas pour la journée du lundi, 26 juin 2017 à la suite des incidents survenus la veille dans la commune urbaine de Lélouma » :

– Au total 63 malades ont été enregistrés par l’hôpital préfectoral de Lélouma du 24 au 26 juin 2017.

– Sur ce total, 55 malades sont sortis améliorés et seulement 8 sont hospitalisés ce jour lundi 26 juin à 16h 30mn.

– Tous ces cas ont été pris en charge gratuitement et aucun décès n’a été enregistré pour le moment.

– Les prélèvements sont en route pour le Laboratoire National de référence à Conakry et, une équipe conjointe d’investigation DRS/DPS/OMS est sur le terrain… », avait-on lu dans ce document officiel qui a voulu se montrer plus rassurant : « Le MCM régional est le Coordinateur-régulateur de l’ERARE (Equipe Régionale d’Alerte et de Riposte aux Épidémies) basée dans la Région et qui a été dépêchée à Lélouma.

Le bureau-pays de l’OMS suit avec intérêt ces incidents depuis leur survenue dans la préfecture de Lélouma. C’est dans ce sens, appréciant la promptitude avec laquelle « le point de la situation » a été fait, le Représentant de l’Agence onusienne, Pr KI-ZERBO Georges Alfred a rassuré le DG de l’ANSS, Dr Sakoba KEITA, que lui et son personnel restent « mobilisés ensemble en vue de la fin de l’épisode explosif de gastro-entérite collective qui revêt les allures d’une TIAC ».

A noter qu’une TIAC est un foyer de toxi-infection alimentaire collective qui se définit par l’apparition d’au moins 2 cas groupés, d’une symptomatologie similaire, en général digestive, dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire (sauf botulisme où 1 cas suffit à déclencher l’alerte) »…

Par ailleurs, le mercredi, 28 juin 2017, c’est le préfet de Lélouma, Mohamed Deen Camara qui est monté au créneau sur les antennes de la radio nationale à travers son émission « Koloma-Débat » pour confirmer les chiffres de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire.

Mais, surprise ! Le vendredi dernier, 20 juillet 2017, dans la rubrique « Invité de la Rédaction » du journal parlé de la radio nationale (RTG), c’est le directeur régional de la santé de Labé, Dr Elhadj Mamadou Houdy Bah qui révèle qu’en réalité il était question de 95 cas de diarrhée et de vomissement enregistrés à l’hôpital préfectoral de Lélouma, lors de cet épisode explosif de gastro-entérite collective.

Comme pour dire que les 87 cas relayés par le correspondant préfectoral de Guineematin.com de Lélouma, dès le dimanche soir semblent être un nombre issu d’une source fiable. Etant entendu que les 8 autres ont été apparemment admis à l’hôpital préfectoral de Lélouma les minutes et heures qui ont suivi l’entretien téléphonique entre le correspondant de Guineematin.com et le président du Comité Préfectoral de la Croix Rouge, qui était bel et bien dans le dispositif de secours d’urgence.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

 

Source : guineematin.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here