Grève des enseignants : Aboubacar Soumah se félicite du déroulement de la première journée

105

« Pas question de faire marche arrière, la grève sera poursuivie jusqu’à satisfaction de nos revendications »

Le mot d’ordre de grève lancé par le SLECG  (syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée) d’Aboubacar Soumah a été largement suivi dans plusieurs localités du pays. Après cette première journée, le meneur Soumah se dit « satisfait » et affirme que « la grève va se poursuivre jusqu’à satisfaction de leurs revendications. »

Joint au téléphone ce lundi soir par Guinéenews©, le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée regrette par ailleurs le cas de mort enregistré et accuse le camp de Sy Savané d’être responsable de cette tragédie.

« La grève a été une réussite à cent pour cent. De Conakry jusqu’à Yomou, de Kamsar jusqu’à Lola, toutes les préfectures ont suivi. C’est à Kankan seulement qu’il y a eu deux écoles qui n’ont pas suivi. Mais dans toutes les autres préfectures, la grève a été suivie à cent pour cent. Nous nous félicitons vraiment de la première journée », a déclaré  Aboubacar Soumah.

« Pas question de faire marche arrière, la grève sera poursuivie jusqu’à satisfaction de nos revendications », poursuit le secrétaire général du SLECG. Car selon lui, le gouvernement particulièrement le ministre du travail et porte parole du gouvernement Damantang Albert Camara refuse qu’un consensus soit trouvé.

« On continue la grève tant qu’on n’est pas satisfait, même si une tierce personne plaide en faveur du gouvernement, on ne va pas suspendre le mot d’ordre tant qu’on n’est pas satisfait. Le gouvernement refuse de discuter avec nous il est avec le groupe de Balato et de Sy Savané. C’est Damantang qui est en train de semer la confusion dans le pays parce qu’il ne connait pas le droit. Mais nous, on ne va pas reculer », prévient Aboucar Soumah.

Selon des informations reçues auprès de témoins, un conducteur de taxi moto a été tué ce lundi du côté de Hamdallaye Pharmacie sur l’autoroute Le Prince dans la commune de Ratoma. Aboubacar Soumah regrette cette tragédie et accuse non seulement le gouvernement, mais aussi le camp de Sy Savané d’être responsable de cette situation.

« Effectivement, j’ai appris par les ondes qu’il y a eu un conducteur de moto taxi qui a été tué vers Hamdallaye. Selon les informations, il aurait été percuté par un véhicule des forces de l’ordre ; c’est vraiment regrettable. Quand il y a mort d’homme, c’est triste et regrettable. Mais vous savez le problème c’est quoi, dans notre préavis de grève, on a dit aux parents de retenir les enfants à la maison. Hier, vous avez suivi les déclarations des Sy Savané, Balato qui ont demandé aux enfants de venir à l’école ; donc, s’il y a pagaille et qu’on enregistre des morts, ils ne sont pas responsables ? Nous en tout cas, nous sommes en paix avec notre conscience. Les entêtements du pouvoir en la personne de Damantang Albert Camara sont en train de semer la confusion dans le pays. Parce qu’il (Damantang) ne connait pas sa responsabilité, il n’agit pas conformément à la loi. Le gouvernement ne nous a pas contactés, d’ailleurs comment il va le faire si les ministres du travail et de l’éducation sont retissants ? Et sont avec le groupe des Sy Savané ce sont leurs amis. Ils refusent de travailler pour le pays ; quand il y a grève, ils mettent la pression sur ceux-ci pour qu’ils arrêtent la grève c’est pourquoi ils font des déclarations contre nous. Mais on va poursuivre la grève jusqu’à satisfaction de nos revendications », a fait savoir Aboubacar Soumah.

A préciser que cette première journée de grève a enregistré des échauffourées entre forces de maintient d’ordre et élèves par endroits à Conakry et la circulation fut paralysée sur l’autoroute le prince toute la journée.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here