Guinée : Et la puériculture et l’éducation sexuelle ?

130

Trop d’innovations tuent les matières essentielles, on le sait. Les langues nationales n’ont conduit nulle part et ne conduiront nulle part avec l’ère des nouvelles technologies de l’information, on se demande comment un enseignant qui ne maîtrise pas ces NTIC  pourraient expliquer et traduire les termes techniques. Science sans conscience comme l’anglais en bas âge pour tout emmêler dans les crânes des enfants …

Cependant, la puériculture et l’éducation sexuelle sont importantes. Il semble que la puberté est de plus en plus précoce chez les 12-13 ans, la majorité est observée et abaissée à 16-17.

Dans les années 60, les filles qui arrivaient en 5ème année étaient déjà assez matures avec seins pleins, popotin et arrière-train bien en place. De nos jours, les bébés à peine sevrés du biberon se retrouvent en 7ème ou 8ème parce que les parents envoient leurs progénitures de plus en plus jeunes à l’école. Cette perte de contact trop tôt ne favorise pas l‘éducation sentimentale de la part des parents, à supposer que le sujet ne soit pas tabou dans certaines familles.

 Ainsi, les jeunes filles et garçons sont livrés à eux-mêmes. Avec les NTIC, ils se transmettent de faire-savoir et des savoir faire inouïs dans ce domaine, d’où des viols et des harcèlements sexuels tous azimuts, des grossesses indésirées, des avortements à risques et des abandons de bébés s’entendent et se voient à longueur de journée.

Quant à la planification familiale, l’enjeu des années futures, les dirigeants africains n’en ont aucune idée. Les chefs de famille nombreuse ressentent le poids et la charge à la veille des ouvertures scolaires et à l’approche des grandes fêtes religieuses. Le lot de frustrations n’est pas agréable à raconter, on se demande si cela ne concerne pas les enfants démunis qui prennent facilement la tangente. Il est opportun d’éduquer les politiques de population et de santé à la base.

Une société sans éducation et sans civisme est une société qui se perdra en route. Ceux qui ont la destinée de ce pays devraient entrer un peu plus dans l’histoire, pouvoir comme opposition. Comme ça, ils n’y sont point du tout. L’éducation des masses n’est pas l’apanage d’une classe politique au pouvoir, l’égoïsme politique, oui. A bon entendeur…

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here