Lélouma : vers la mise en place d’un centre d’opération d’urgence sanitaire

137

La salle de conférence de la direction préfectorale de la santé (DPS) a servi  vendredi de cadre au lancement des activités de formation pour la mise en place d’un centre d’opération d’urgence. Dans le cadre de la surveillance épidémiologique, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), à travers le ministère de la Santé avec l’appui des partenaires au développement, entend mettre en place deux dispositifs de coordination et de réponse. C’est-à-dire un centre d’opération d’urgence et une équipe préfectorale de réponse aux épidémies.

«Il s’agit de la formation pour la mise en place du centre d’opération d’urgence au niveau de la DPS de Lélouma. C’est un espace physique et virtuel, doté des compétences multi sectorielles et multidisciplinaires destinées à la coordination, à la gestion de l’information et au suivi de la logistique en vue d’apporter la réponse à un évènement de santé publique », a expliqué Dr Touré Ackaria, chef du département dudit centre à l’ANSS.

Cette activité se déroulera en deux phases. Et selon Dr Ackaria, la première phase est celle de la formation et la seconde s’en suivra au plus tard au mois de mars.

Suite à la gestion de la maladie à virus Ebola, certaines défaillances ont été constatées notamment dans la surveillance épidémiologique mais aussi et surtout le manque de collaboration entre les secteurs de la santé, de l’environnement et de l’élevage. «La maladie à virus Ebola a, en fait, décelé des insuffisances en termes de la surveillance épidémiologique mais aussi en termes de réponse. D’autre part, ça a mis en exergue la faiblesse dans le cadre de la collaboration entre les trois secteurs de santé, de l’environnement et de l’élevage d’où la présence de ces derniers ici. Ces deux dispositifs que nous comptons mettre en place, vont constituer les bras armés de la DPS en termes de gestion des épidémies et autres risques de portée internationale », a conclu Dr Touré Ackaria.

Le chef section prévention et lutte contre les maladies à la DPS de Lélouma,  quant à lui, il se réjouit de cette initiative et pense qu’elle vient à point nommé et  qu’après sa constitution, nous mettra à l’abri de certaine situation inconfortable.

«Ce projet vient vraiment à point nommé parce que après Ebola, nous avons constaté que le système de santé a des défaillances qu’on est en train maintenant de combler. Il faut se préparer réellement avant qu’il n’y ait des épidémies. Et je pense que la mise en place de ce comité vient à point nommé », se réjouit Dr Mamadou Saïdou Barry.

Durant deux jours donc, ces acteurs de la DPS, de l’élevage, de l’environnement ainsi que de la croix rouge vont échanger sur ce projet de santé publique.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here