Mines : Quelles chances pour la Guinée d’abriter le siège du Centre africain de développement minier ?

33

La Guinée veut abriter le siège du centre africain de développement minier tout comme le Kenya, le Soudan et la Zambie. Ce centre, créé par l’Union africaine, vise à faire la promotion du secteur minier.

Il y a un an et demi depuis qu’une première mission de l’organisation panafricaine est passée à Conakry pour faire l’évaluation de la candidature de la Guinée. Une seconde mission séjourne actuellement au pays pour une évaluation supplémentaire.

Lors d’une rencontre tenue jeudi 11 janvier au ministère des Mines et de la Géologie, la partie guinéenne a présenté aux émissaires de l’Union africaine les atouts pour le centre africain de développement minier (AMDC, en anglais) s’il est basé en Guinée.

Au sortir de cette réunion, le conseiller à la présidence de la République chargé des mines, le Dr Yamoussa Bangoura, a expliqué l’opportunité que peut offrir l’AMDC. « Le centre africain de développement minier est un centre de recherche qui pourra nous apporter de l’expertise pour le développement du secteur. Ensuite, ce sera l’occasion pour créer du travail, des emplois pour les Guinéens et ça permettra d’avoir l’attention du monde minier sur la Guinée », a-t-il déclaré.

Quatre pays se battent pour abriter ledit centre. Le Dr Bangoura fait savoir que la Guinée a des chances d’être choisie. « Nous avons une chance d’être choisis pour abriter ce centre. C’est notre expertise dans le domaine minier, la politique minière que nous sommes en train de développer, le rôle que la Guinée a joué et est en train de jouer au niveau de l’Union africaine », égrène-t-il.

Le chef de la mission, Frank Dixon Mugyenyi, est sur la même longueur d’ondes que son prédécesseur. « Il y a trois raisons qui font que la Guinée a de fortes chances d’abriter le centre africain. D’abord, la Guinée est un pays minier d’exploitation par excellence. Ensuite, elle est entourée de six pays qui font de l’exploitation minière ; donc, c’est un pays qui peut être un très bon incubateur du fait qu’il est très bien intégré au niveau de la sous-région. La deuxième chose est que la Guinée a changé son code minier. C’est une bonne chose pour le bon fonctionnement du secteur. Et la troisième est que la Guinée est un membre fondateur de l’Union africaine avec l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) à l’époque et que le président actuel en exercice de l’UA assume parfaitement son rôle », espère-t-il.

Le pays qui devra abriter le siège de l’AMDC sera connu lors du sommet de l’Union africaine prévue en fin janvier à Addis-Abeba en Ethiopie, au siège de l’institution.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here