N’Zérékoré : le développement durable au cœur d’une rencontre des acteurs de la société civile de la Savane et de la Forêt

20

Plusieurs acteurs de la société civile venus des différentes préfectures de la Haute Guinée et de la Guinée Forestière sont présentement réunis à N’Zérékoré dans le cadre d’une rencontre de partage et de vulgarisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Cette rencontre qui a démarré ce mercredi 11 octobre dans la salle de conférence du centre de recherche et de documentation environnementale de N’Zérékoré (CREDEZ) est une initiative du gouvernement guinéen en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Elle vise non seulement à partager les ODD et sensibiliser les administrateurs régionaux et préfectoraux, la société civile et le secteur privé local sur les enjeux et défis liés à leur mise en œuvre mais aussi et surtout d’identifier les meilleures stratégies d’intégration des ODD et des résultats de l’évaluation de la fragilité dans les plans régionaux de développement.

Dans son intervention, Mohammed Abba, Représentant de la Coordinatrice résidente du système des Nations Unies en Guinée a indiqué que malgré ses immenses potentialités naturelles, la Guinée reste parmi les pays les moins avancés et figure dans le groupe des Etats fragiles. Pour preuve, dit-il, le pays, selon le rapport mondial sur le développement humain 2015 publié par le PNUD, est classé 182eme sur 188 contre 179eme sur 187 en 2013.

Malgré ce classement, la Guinée a pu néanmoins réaliser des progrès dans les domaines de l’éducation et de la santé. Des progrès qui, selon l’expert des Nations Unies, n’ont permis au pays d’atteindre aucun objectif en 2015.

« Ce bilan est imputable au système de gouvernance qui a engendré de nombreuses crises ayant fragilisé les institutions publiques et limité les capacités du pays à mobiliser les investissements et le savoir-faire nécessaire à sa transformation économique et sociale », ajoute M. Abba.

C’est avec donc ce bilan que la Guinée à l’instar des autres pays du monde, s’est alignée sur le nouvel agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable ainsi que sur l’agenda 2063 de l’Union Africaine.

En prenant la parole, le Représentant de madame la ministre de la Coopération Internationale et du Plan, Ibrahima Sory Touré est revenu sur l’agenda 2030 qui repose sur un programme universel articulé autour de 17 objectifs. Il s’agit entre autres, d’éradiquer la faim et l’extrême pauvreté, atteindre l’égalité entre hommes et femmes, améliorer la gestion de l’eau et de l’énergie, agir contre le changement climatique…

Poursuivant, il dira que pour être au rendez-vous de cet « important agenda » à l’horizon 2030 après Ebola, la Guinée avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, s’est dotée « d’une vision d’une Guinée émergente à l’horizon 2040. »

« Sur cette base, le gouvernement a bâti un plan national de développement économique et social (PNDES 2016-2020) comme instrument d’opérationnalisation quinquennale de ladite vision. Le PNDES est désormais l’unique document de référence pour toutes les interventions du gouvernement et des partenaires techniques et financiers en matière de développement au cours des cinq (5) prochaines années », dit-il.

Pour sa part, le gouverneur de la région de N’Zérékoré, Lancei Condé a rappelé que la région forestière est une zone très sensible mais aussi très importante. C’est pourquoi, il demandé à ce que les travaux ne soient pas standardisée. Autrement dit, ne pas ne pas uniformiser les réalités de la région forestière à celles de la Haute Guinée. Car, dit-il, chaque région a ses réalités.

Il faut rappeler que cette rencontre qui regroupe une centaine de participants prendra fin ce jeudi 12 octobre 2017.

 

Source : guineenews.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here